Créer une bande-son grâce aux logiciels libres

, par Valentin Leroux

 Configuration

Matériel requis :

- Clavier MIDI

Logiciels utilisés :

- Jack Control
- Hydrogen
- Audacity

Ces trois logiciels sont libres et fonctionnent ici sous un environnement Linux. Il en existe aussi des versions Windows (en développement) et MacOS, qui n’ont pas besoin de Jack Control mais nécessitent au préalable l’installation et la configuration du clavier MIDI.

 Découpage des extraits sonores

Dans un premier temps, il faut sélectionner les sons qui serviront à créer la bande-son du film. Pour cela, nous allons découper et retravailler des extraits de Ionisation, à l’aide du logiciel Audacity.

D’abord, sélectionner l’extrait sonore à isoler à l’aide de l’outil de sélection.


 

Ensuite, copier celui-ci et le coller dans un fichier vierge (Fichier / Nouveau).


 

L’extrait peut-être retravaillé, afin par exemple de lui donner une attaque progressive. Pour cela, sélectionner l’attaque du son et dans le menu Effets, choisir Fondre en ouverture. On répète la même opération avec la fin du sample et l’effet Fondre en fermeture.


 

Veiller à ce que les élèves choisissent des sons variés, jusqu’à ce que ceux-ci correspondent aux différents effets sonores recherchés.

 Prise en main d’Hydrogen

Tout d’abord, lancer le logiciel Jack Control, puis cliquer sur Démarrer. Cette interface permet de faire communiquer entre eux les différents logiciels, ainsi que les entrées et sorties audio, mais aussi tous les matériels annexes.


 

Le logiciel Hydrogen est une boîte à rythme, mais son mode de fonctionnent très souple permet de l’adapter à d’autres situations. Ici, nous allons l’utiliser comme sampler.

Plusieurs fenêtres sont accessibles dans le menu View :

- La table de mixage permet de gérer le volume des différentes pistes.
- L’éditeur de morceau permet de gérer la structure et l’enchaînement des patterns d’une musique.
- L’éditeur de pattern sert à créer les différents rythmes de la musique.
- L’éditeur de kit de batterie permet de changer instantanément tous les sons du logiciel, ou d’enregistrer ses propres kits.
- L’éditeur d’instrument sert à configurer chaque kit individuellement.


 

Tout d’abord, il faut remplacer les sons de la batterie par ceux qui ont été configurés auparavant. Pour cela, cliquer sur le premier instrument dans l’éditeur de patterns (Kick).


 

Celui-ci apparaît dans l’éditeur d’instrument. En cliquant sur son nom, on peut le renommer.


 

Cliquer ensuite sur Layers, et remplacer le son d’origine par l’un des extraits choisis par l’élève en cliquant sur Load layer.


 

Répéter l’opération pour les autres sons, jusqu’à avoir tous les samples visibles dans la liste de l’éditeur de patterns.


 

Ne pas hésiter à utiliser l’éditeur de kit de batterie pour sauvegarder ces modifications d’une séance sur l’autre.


 

 Utilisation en MIDI

Pour être exploitables facilement par les élèves, les différents sons peuvent être accessibles directement via un clavier MIDI.

Brancher le clavier dans l’ordinateur. Celui-ci apparaît automatiquement dans Jack Control. Il ne reste plus qu’à « relier » virtuellement le clavier (colonne de gauche) au logiciel (colonne de droite) en cliquant sur Connecter.


 

Désormais, tous les sons sont accessibles directement en jouant sur le clavier. Le premier sample correspond au Do3, le suivant au Do#3, et ainsi de suite.

 Enregistrement

Pour enregistrer la musique jouée sur le clavier, cliquer sur le bouton Record de l’éditeur de patterns, puis lancer la lecture du morceau. Les sons joués apparaissent aussitôt.


 

Attention, l’enregistrement est limité à 32 mesures (par défaut, la valeur est de 8). Si Cette durée n’est pas suffisante, on peut encore réduire le tempo de 120 BPM (valeur par défaut) à 30 BPM. Ainsi, on peut enregistrer plus de 4 minutes sans interruption, ce qui est amplement suffisant pour une utilisation par des élèves.

 


 

Finalement, cliquer sur Fichier/Export song pour sauvegarder le résultat au format audio.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)